L'été humide s'explique par les caprices de l'anticyclone des Açores

Article rédigé le Lundi 27 Août 2007 par agatefrance
 
 
Alors que les Français commençaient à s'habituer à des étés chauds, voire caniculaires comme en 2003, ils ont dû cette année se réfugier sous leurs parapluies. C'est en tout cas vrai pour les deux tiers nord du pays, où les précipitations ont été largement excédentaires, alors que le tiers sud est resté déficitaire, plus particulièrement le littoral méditerranéen, le sud des Alpes et la Corse. Il faut remonter aux années 1987, 1992, 1997 et 2001 pour retrouver des étés aussi humides.

Les pluies incessantes de cet été sont dues à la présence d'une vaste zone dépressionnaire située sur l'Europe du Nord, et surtout au positionnement inhabituel de l'anticyclone des Açores. Celui-ci s'est obstinément installé loin de l'Europe, au milieu de l'Atlantique, par 35 ºN de latitude (environ celle de Rabat, au Maroc), se refusant à remonter sur le nord de la France, l'Angleterre et l'Allemagne. Une telle position continentale aurait apporté chaleur et soleil, car cette implantation bloque les perturbations qui viennent de l'Atlantique

Même si elle est exceptionnelle, la situation chaotique de cet été n'a rien d'étonnant aux yeux des météorologues, pour lesquels il n'y a pas d'été "normal". "L'anticyclone des Açores lui-même fluctue selon une position moyenne. Son centre peut remonter en été vers la mer du Nord et la Scandinavie. Mais il peut aussi rester sur une position très au sud, comme cette année", ajoute M. Galois, ingénieur météorologue. Un été pourri n'est pas non plus un signe du réchauffement climatique : il y en a eu de nombreux dans le passé.

L'humidité concerne essentiellement la France, les îles Britanniques, le Benelux et l'ouest de l'Allemagne. A l'inverse, le sud-est de l'Europe a connu, depuis le début de l'été, deux canicules exceptionnelles, qui se rapprochent des caractéristiques d'un changement climatique. Deux vagues de chaleur ont frappé ces régions. La première, fin juin, a touché le sud de l'Italie, la Grèce, la Bulgarie et la Roumanie, avec des températures qui ont parfois dépassé les 40 ºC.

TRANSFERT D'ÉNERGIE

A partir de la mi-juillet, une seconde canicule s'est abattue sur l'Europe centrale... et elle dure encore. Ces jours-ci, il a fait 40 ºC à Sarajevo et à Athènes. Cette chaleur est due à "la présence d'un anticyclone sur la Russie, qui part du Sahara et qui remonte vers le Nord", précise le spécialiste de Météo France. Il a fait d'ailleurs 33 ºC à Moscou et 37 ºC dans le sud de la Russie.

Pour comprendre le phénomène, il faut rappeler que, en raison de sa position dans l'espace, la Terre reçoit l'ensoleillement le plus important à l'équateur, et le plus faible aux pôles. Pour lutter contre ce déséquilibre, la nature organise un transfert d'énergie de l'équateur vers les pôles sous forme de chaleur, à la fois par l'atmosphère et par les océans. Sous nos latitudes, cela se traduit par un affrontement entre les masses d'air qui viennent des tropiques et celles qui descendent du pôle Nord.

En raison de la force de Coriolis, provoquée par la rotation de la Terre, ces masses d'air (comme les courants marins) se transforment en tourbillons dont l'orientation s'inverse selon les hémisphères. Dans l'hémisphère nord, ils forment des anticyclones (zones de haute pression), où l'air circule dans le sens des aiguilles d'une montre, et des dépressions (zones de basse pression) où l'air circule en sens inverse. "Selon l'année, les anticyclones et les dépressions bougent autour de leur position moyenne", précise Patrick Galois.

Les précipitations de cet été se sont traduites par des excédents importants. Ainsi, du 1er juin au 20 août, ou pouvait noter un surplus de pluie de 42 % à Paris, de 49 % à Rennes, de 30 % à Strasbourg, de 40 % à Lyon, mais un déficit de 40 % à Toulouse. La situation de nombreuses nappes phréatiques s'en est trouvée améliorée. Les pluies se sont logiquement accompagnées d'un faible ensoleillement et d'une déficit des températures, par rapport à la moyenne, de 1 ºC à 2 ºC en juillet et de 1 ºC à 3 ºC en août.

Sources : Le Monde.fr
Mots clés : actualite, meteo
Dans Actualités » Prévisions
 
 

Sur le même sujet

Commentaires